Oser partir à l’étranger

Août 2017, Fort-de-France, Martinique. 

Au réveil, le ciel est bleu. La mer est calme. Le vent est doux et le soleil caresse ma peau. C’est bientôt l’heure. Ma chambre, au sous-sol, donne une vue incroyable sur le jardin et la mer.

« Quelle belle journée » songeais-je.

Alors que je longeais la piscine pied nu et marchait dans l’herbe légèrement humidifiée par la rosé du matin, je songe a une seule chose: « Le Grand Départ ». Après tant de péripéties, tout est en ordre. La tension est redescendue. Je repensais a mes galères a la Barbade, quand j’entends:

 » Brice, Tu es prêt ? ».

Ma mère surgit du balcon et m’annonce qu’il est bientôt l’heure de partir à l’aéroport. Pour une fois, mes valises sont prêtes. Je suis a la fois heureux et nostalgique de partir. Je fais un dernier tour des lieux et fait mes adieux à la maison. Direction l’Aéroport Aime Cesaire accompagne du grand frère, de ma mere et de mon père.

Une fois à l’aéroport, je me suis surpris à être envahi par les émotions. Cela faisait deux ans que je vivais loin de mes parents, à Strasbourg. Mais cette fois-ci, c’était different.

Au fond de moi, je savais que c’était le grand départ de la maison familiale.

Je vis mes parents s’enlacer et mon frère me fit un signe de la main. Mon coeur se serra. Je pris mon souffle puis m’engouffrais dans la file d’attente des passeports pour prendre l’avion.

Maintenant, j’étais seul et je partais loin.

La première escale fut à Puerto Rico. Depuis l’avion la vue était magnifique. J’avais la chance d’avoir un siège au hublot d’ou je pouvais admirer l’étendue infini de la mer des Caraibes.

Arrivé à Puerto Rico, pas le temps de descendre. Dommage, j’aurai bien aimé voir à quoi cela ressemblait.

Quelques heures plus tard, j’arrivais enfin à la deuxième escale

Miami, Florida. Les Etats-Unis d’Amérique. Je vivais enfin mon rêve de gosse qui était de partir étudier dans le pays de l’oncle Sam.

Pourquoi? Je ne sais pas. J’ai simplement suivi mon instinct.

Depuis mes années aux collège, j’ai toujours eu cette envie d’être bilingue en anglais et d’avoir l’opportunité de partir vivre à l’étranger.

En arrivant aux Etats-Unis, je pensais avoir un niveau d’anglais « solide » parce que j’avais étudier en « Classe Europeenne » depuis la 5ème et que je regardais des series en anglais sous-titrées.

Mouais. C’est en arrivant la bas et en prenant mon premier Uber que je me suis rendu compte qu’il y avait encore beaucoup de travail…

Revenons à notre premiere escale. Le vol avait pris du retard depuis Puerto Rico. J’ai raté ma derniere escale et me suis retrouvé à dormir au Double Tree by Hilton tout frais payé par la companie aérienne. Plutot sympa !

Je repartais le lendemain très tot. Direction la capital des Etats-Unis. Washington DC.

En quelques minutes, je me retrouvais dans un Uber en direction de Howard University. Je me souviens encore de la discussion avec le chauffeur qui m’a donné sa carte de visite et de le contacter si je cherchais un emploi.

Waw. OK j’étais pas venu pour travailler aux U.S., moi. L’année commençait bien. Je le sentais.

Quelques mois plus tard …

Mon anglais a progressé. J’ai crée une nouvelle vie. J’ai pris des risques.

J’ai appris sur mon identité, ma culture et plus important encore, j’ai réussi à définir ce que j’avais envie de faire et à donner du sens à ma vie.

La raison pour laquelle j’écris ce blog, c’est pour te montrer que l’expatriation change ta vie.

Je suis persuadé que ce n’est surement pas la première fois que tu entends cela. Moi aussi avant de partir , j’en avais entendu parler.

Mais nous sommes tous unique et chacun vit sa propre expérience. Bonne ou mauvaise, cela reste un apprentissage qui t’accompagnes toute ta vie.

Vivre à l’étranger m’a appris beaucoup de choses et j’aimerais encourager quiconque ayant l’ envie de changer de prendre le risque de partir vivre à l’étranger.

C’est une expérience unique qui va bousculer ta façon de voir le monde.

Vivre à l’étranger c’est apprendre à accepter les differences et apprendre à vivre ensemble. C’est pour moi, le chemin pour vaincre les discriminations.

Les discours, la politique ne changent pas les gens au niveau individuel. C’est de la théorie. C’est comme lire « Comment faire du surf » mais ne jamais pratiquer. Au final, tu as beau lire de nombreuses choses mais tu ne developpes pas tes competences sans la pratique.

Je suis sur que tu as deja un exemple en tete.

Pour etre completement honnete avec toi, avant de partir je ne savais pas ou je voulais aller dans la vie. Je n’avais pas vraiment de plan « long terme ». Et cela n’a pas change du pas du jour au lendemain. Ce qui a change c’est le apres tes etudes c’est quoi la suite.

Un jour, je me suis pose trois questions existencielles:

Brice a quoi ressemblera le dernier jour de ta vie?

Souhaites-tu finir ta vie pleine de regrets et te lamentant de  » Et si … »

Quel difference fait ton existence dans ce monde?

Si toi aussi tu t’es deja pose ces questions, c’est deja un bon point.

Personellement, mon experience a l’etranger m’a ouvert les yeux. J’ai realise que tu n’as pas a savoir ce que tu veux faire dans la vie.

Ce n’est pas innee! Les personnes qui savent tres tot ce qu’ils veulent sont passees par des moments tres difficiles qui ont « shape their life »

Des que tu comprends cela, tu peux agir en consequence pour trouver ton objectif de vie.

Pour savoir ce que tu veux faire tu dois VIVRE des experiences.

Des experiences difficiles.

Cela passe notamment par des changements radicaux de ton environnement.

A l’etranger, tu seras loin de ce que tu connais, loin de tes coutumes, loin de tes amis, loin de ta famille tu auras a sortir de ta fameuse « zone de confort ».

Tu apprendras des choses formidables et des choses terrifiantes.

Si tu n’es jamais passe par des moments difficiles dans ta vie, il y a de maigres chances que ta vie ait reellement du sens.

Les gens qui vivent leurs reves passent a l’action, prennent des risques.

C’est pourquoi ton expatriation est la premiere marche vers l’accomplissement de tes reves.

L’expatriation est un risque. L’expatriation est un challenge. Ne crois pas les gens vivent la belle vie tous les jours sur les plages de Rio ou de la Californie.

Mon objectif est de t’aider a declencher les premieres actions sur la route de ton succes.

J’entends beaucoup d’entrepreneurs pronant leur formations en ligne mais cela ne va pas changer ta vie. Pire, cela va la rendre miserable. Si tu n’es pas pret mentalement a oser partir a l’etranger, a decouvrir qui tu es …

Tu ne reussiras pas a lancer ton business ou a accomplir quoi que ce soit.

Le succes n’est pas « accomplir ses reves ». Le succes c’est prendre plaisir jour apres jour de travailler pour suivre ta vision.

Tant que tu suis une route qui te fais avancer vers ta vision, tu es sur la route du succes.

Maintenant c’est ton tour de prendre ta vie en main et d’oser quitter ta zone de confort.

Nous les francais, avons une chance incroyable de pouvoir partir partout dans la monde. Rappelles-toi que ce n’est pas accessible a tout le monde . Donc profites-en !

Sur ce, je te retrouve sur mes divers articles et espere pouvoir te donner les clefs pour organiser ton depart pour de nouvelles aventures.

Pour conclure cette mini introduction, voici quelques cliches du campus de l’université de Howard à Washington DC, un lieu memorable qui aura change ma vie.

Bonne lecture !

Brice Rosette

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close